Découvrir le service en tant que

Genèse d’une mission universitaire

La mission portée par le Service aux collectivités de l’UQAM depuis plus de 30 ans est au cœur de la réflexion actuelle sur le rôle de l’université dans la société. On s’y réfère aujourd’hui en parlant notamment de la mobilisation des connaissances, notion qui recouvre une diversité de formes, impliquant à la fois les savoirs universitaires et ceux des milieux de pratique les plus variés.

Le rôle actif que joue aujourd’hui l’UQAM à cet égard prend tout son sens lorsqu’on retourne aux sources d’une réflexion qui s’est développée dans les années 1970. En 1972, l’UNESCO publie le Rapport Faure qui propose de mettre l’éducation permanente au cœur de la Cité éducative et d’en faire un projet tout au long de la vie. L’année suivante, le rapport Bélanger-Daoust, réalisé pour le Conseil des universités du Québec et la CRÉPUQ, insiste sur le besoin de démocratiser l’université et de l’ouvrir sur le milieu, entre autres, par un soutien à la promotion collective.

Dès 1979, à peine 10 ans après sa création, et suite à sept ans d’expérimentation avec des centrales syndicales et d’autres groupes, l’UQAM adopte la Politique des services aux collectivités qui consolide son ouverture sur les enjeux sociaux et culturels et démontre sa détermination à collaborer à la transformation sociale et économique de la société québécoise. Cet engagement de l’UQAM résulte d’une convergence entre l’université qui cherche à concrétiser sa mission d’université publique axée sur la démocratisation du savoir et les milieux qui participent de plain-pied aux grands débats de société.

Issu de cette Politique, le Service aux collectivités a fait fructifier cet héritage, en travaillant conjointement avec des enseignants-es ainsi que des organismes impliqués dans la promotion collective. Outre les projets structurants développés avec différents groupes communautaires, deux partenariats formels ont été développés avec les mouvements syndical et féministe dans le sillage de cette Politique, soit le Protocole UQAM/CSN/CSQ/FTQ et le Protocole UQAM/Relais-femmes.

La collaboration qui s’est développée entre l’UQAM et ses nombreux partenaires a donné lieu au fil des ans à un partage des savoirs universitaires et citoyens et à des projets porteurs pour l’institution. Cette collaboration a aussi contribué à une société plus juste et égalitaire par la mise en place de nouvelles pratiques sociales et, plus globalement, par des transformations politiques, juridiques, sociales et économiques qui ont bénéficié à l’ensemble de la société québécoise.